Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2007 3 13 /06 /juin /2007 18:22

Intro : Lam Lam rém lam mi7 mi7 lam lam(2 fois)

1)

lam                              rém          lam       

L’amour qui n’est pas très regardant

Mi7                                     lam

A lancé ses feux les plus ardents

lam                  rém              lam                                    

Sur les cœurs pleins d’innocence

Mi7                                 lam

De deux enfants sans défense.

                                              rém

Ils n’ont pas encore dix huit ans

                                             lam

Ils ont peur de ce qui les attend

Mi7                           lam                                    

Ils ont des visages d’anges

Mi7                         lam

Notre regard les dérange

rém                                         lam

Dans la foule ils aiment s’isoler

rém                                            lam 

Dans le bruit ils aiment se saouler

rém                                     lam

Leur cœur est plein d’espérance

Mi7                              lam       

Ils croient si fort à la chance.

.

 

2)

Leurs regards viennent de se croiser

Ils se fixent et n’osent plus bouger.

Dans la foule qui gronde

Ils sont tout seuls au monde.

Ils ne connaissent pas bien encore

Ce trouble qui envahit leur corps.

Cet amour qui prend naissance

C’est pour eux un choc immense.

Leurs deux mains viennent de se lier,

Ils ne pourront jamais oublier

Cette émotion intense

Qui les broie sans nuance.

 

 

 

 

 

 

 

3)

Ils ne se sont même pas parlé.

Main dans la main ils s’en sont allés.

Lentement ils avancent

Vers la piste de danse.

Tendrement ils se sont enlacés.

Doucement se sont mis à danser.

En se laissant bercer,

Ils se sont embrassés.

Amoureux, ils se serrent si fort

Qu’on ne voit déjà plus qu’un seul corps.

Dans un sublime accord

Qui tourne et tourbillonne encore.

4)

Passants s’il arrivait par hasard

Que vos pas croisent les leurs un soir,

Ne vous moquez pas de

Ces enfants amoureux.

D’ailleurs ils ne vous entendraient pas,

Il n’est même pas sûr qu’ils vous voient.

Ils respirent l’un pour l’autre,

Leur monde n’est pas le notre.

Ils se sont fait un petit monde à eux,

Une planète où on ne vit qu’à deux,

Où deux vies peuvent se fondre

Et deux ombres se confondre.

 

C’est un monde à nul autre pareil

Un monde où il fait toujours soleil

Même quand il pleut dehors

Il suffit de s’aimer fort

Et si on s’aime assez fort

Tout s’illumine alors

Et c’est la valse des corps

Qui tournent et tourbillonnent encore

Qui tournent et tourbillonnent encore

Qui tournent et tourbillonnent encore …

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cailleux Gérard
  • : Auteur, compositeur, guitariste, je vous propose mon répertoire et, en particulier les textes de mes chansons
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

Liens