Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 14:32

Intro : Do Rém Sol7 Do

1)

Do                         Mi

Autour des églises autrefois

                                Lam

On pouvait voir pousser des croix

                                  Rém

Car c’est là qu’on mettait les morts

       Sol7                      Do7M

Dés fois qu’en terre ils prient encore,

      La7                       Rém

Et quand on allait à la messe

         Sol7              Do7M

On avait ses morts sous la main

            Lam                   Rém

Même quand on sortait de confesse

      Sol7                            Do

On pouvait leur causer un brin.

                               Rém

C’était une époque admirable :

        Sol7                Do

Les anciens étaient vénérés,

                                Rém

A leur mort on gardait à table

        Sol7                  Do

Leur place vide longtemps après.

 

2)

Est-ce les hommes ou est-ce Dieu

Qui les ont chassés de ces lieux

Mais les morts n’ont pas eu de chance

On les a mis en pénitence,

On les parqua dans des cimetières

Derrière des grands murs de pierre,

On les enferma sans raison

Pour l’éternité en prison.

Là bas on ne vint plus les voir,

Sauf de temps en temps par hasard

Et tous ces « regrets éternels »

N’eurent plus rien de fraternel.

 

3)

Si je meurs j’veux pas qu’on m’enterre

Derrière ces grands murs de pierre.

J’veux pas passer l’éternité

Dans un lieu si mal fréquenté

Où y’a même des morts malhonnêtes

A qui j’veux pas faire la causette,

Même si vous me couvrez de fleurs

Qui faneront vite d’ailleurs.

Il fait noir et froid dans les tombes,

S’il arrivait que je succombe,

Je préfère descendre en enfer,

Il fait bien plus chaud l’hiver.

 

4)

Puisqu’il faut mourir, à tout prendre,

Brûlez mon corps, jetez mes cendres,

Allez les disperser au loin

Mais évitez les vents marins :

Je n’veux pas finir dans la mer,

J’veux du soleil et du grand air,

Au fond de la mer ça sent le pétrole,

Et puis ça grouille de bestioles.

Dispersez mes cendres au mistral

Au dessus de mon pays natal

Là où du sommet du Faron

Je verrai la rade de Toulon.

Bis

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

AUDOUARD 20/10/2008 15:18

Gérard,Je viens d'écouter et de lire tes 2 dernières chansons. Je suis admiratif de la qualité des paroles. Chapeau !Dommage que pour la musique ce soit moins riche ...Bravo et à bientôt,Michel AUDOUARD

Présentation

  • : Le blog de Cailleux Gérard
  • : Auteur, compositeur, guitariste, je vous propose mon répertoire et, en particulier les textes de mes chansons
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

Liens