Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 10:23

 

 


 

 

1)

La                                                      

Les nuages ont rosi là bas vers l’horizon,

                          Mi                            La

Le soleil doucement enflamme l’océan,

                                                      La

De ses derniers rayons il caresse Oléron

                       Mi                           La

Et l’île resplendit dans le soir descend.

                                                                  La

Dans le port les bateaux dansent dans la lumière

                             Mi                              La

Et leur reflet dans l’eau est un enchantement,

                                                       La

Au milieu de la nuit ils reprendront la mer,

                              Mi                                    La

Si le temps le veut bien, si les vents sont cléments.

Refrain :

         

Mais qu’est ce que je fais là

                         La

Entre le ciel et l’eau.

                               Mi

Suis je bien encore moi

                             La

Au cœur de ce tableau,

                                 

Quand entre chien et loup

                              La

Tous devient incertain,

                                Mi

Quand le jour est si doux

                          La

Et lentement s’éteint.

 

2)

La plage est désertée à cette heure tardive

Et seuls quelques pêcheurs ont suivi la marée.

La maison sur la dune a des couleurs plus vives

Et quelques goélands sont venus s’y poser.

Les vagues qui scintillent dans leurs derniers assauts

Se brisent sur le sable en nuages d’écume

D’où jaillissent en gerbes des vols de bécasseaux,

Un instant de magie : la mer qui se consume.

.

 

 

3)

En vol battu les mouettes filent vers les marais,

Où les blanches aigrettes font un ballet sur l’eau.

Survolant un troupeau, les ailes déployées,

Le héron lentement glisse vers les roseaux

Venant d’on ne sait où un cheval au galop,

Crinière en feu au vent, comme pris de folie,

Dans la fraîcheur du soir, semblant voler sur l’eau,

S’enfonce vers les bois où la nuit l’engloutit.

 

4)

On n’y voit plus très bien mais là dans la forêt

On aperçoit parfois comme une ombre furtive :

Un oiseau attardé, un lapin apeuré,

Un chat ou un renard, la nuit a ses convives.

Tous les chants se sont tus, seul le bruit de la mer

Vient pour nous rappeler qu’elle n’est jamais loin,

Et son chant de sirène, infini et pervers,

Jusque dans leur sommeil va troubler les marins.

 

Coda :

Je me retrouve là

La nuit vient de tomber

Je ne sens pas le froid

Je n’ose plus bouger.

Dans les parfums mêlés

De la mer et des dunes

Je me mets à rêver

Sous l’éclat de la lune..

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Cailleux Gérard - dans Vidéos
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cailleux Gérard
  • Le blog de Cailleux Gérard
  • : Auteur, compositeur, guitariste, je vous propose mon répertoire et, en particulier les textes de mes chansons
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

Liens